Menu
Le portail du terroir et de la communauté saafen dans le web
saafentv
 

ELECTIONS LOCALES EN VUE: La commune de Sindia face à son destin (Par Issa Sène)

Dimanche 3 Mars 2019

ELECTIONS LOCALES EN VUE: La commune de Sindia face à son destin (Par Issa Sène)
 La présidentielle est derrière nous et le compte à rebours pour les locales est enclenché. L'enjeu est de taille au vu de l'effet de la décentralisation qui veuille que les élus soient plus proches des administrés. Tel est - il le cas dans la commune de Sindia? Le combat sera rude et seuls les forts pourront résister car dans les coeurs il y a de l'amertume. Cette amertume s'explique entre autres par l'usurpation des biens d'autrui, la non-assistance et la naissance d'une bourgeoisie villageoise qui ne vit que de la terre. Je ne souhaiterai pas être à la place du maire de Sindia, victime de l'oisiveté de sa jeunesse qui le poursuit jusque dans son intimité rien que pour lui arracher une signature sur un acte d'attribution de parcelle déjà marchandé avec l'inconnu qui ignore tout des règles de jeu de cette organisation de prédateurs fonciers. Pour échapper à cette meute, le Maire est obligé de fuir sa mairie ou encore s'y rend à des heures où il devait être au repos mais n'empêche, toujours il est attendu. En un moment donné, j'avais pensé que la mairie de Sindia était un marché hebdomadaire. La plupart des jeunes de Sindia sont devenus des courtiers et plus grave encore des courtiers usuriers (pas tous bien entendu). Ce dont je suis sûr, c'est qu'à Sindia il y a des voleurs qui sucent le sang d'honnêtes citoyens. J'aurai bien voulu COMPRENDRE comment sont gérées nos ressources locales au point que les propriétaires s'appauvrissent au profit de ces vampires fonciers. Chaque jour les populations se plaignent mais ne trouvent pas d'interlocuteurs. L'heure est venue de mettre fin à cette anarchie et à ce règne de l'impunité. Des jeunes sans emploi mènent un train de vie inexpliqué tandis que les intellectuels de cette mafia mènent une vie de pacha. Aujourd'hui, je ressens une certaine amertume et je me remets vraiment en cause. Dès lors, je veux noyer ma douleur dans la confidence. Je veux aujourd'hui chers jeunes de la commune de Sindia que chacun de vous juge la commune par rapport à ses attentes. De ce jugement se définira son avenir. Et c'est maintenant ou jamais. Je cherche à comprendre encore comment des jeunes osent - ils bafouer les règles de l'honneur et de la dignité rien que pour une joie éphémère dans cette vie qui ne l'est que de nom. Et plus je cherche,plus je me perds mais je sens que la fin est proche. Si notre jugement porte une once d'hypocrisie il continuera à promouvoir l'impunité. Au delà de nos intérêts personnels, nous devons penser à la communauté pour espérer récolter les fruits d'une gestion transparente. Le tableau que je risque de dresser pour ma commune est sombre et va sans doute la reléguer au second plan. Pour consolider les relations, il faut que ceux qui dirigent, sachent distinguer ce qui leur appartient et ce qui appartient aux autres. Mon intuition comme une bouée de sauvetage, exige de moi une patience car on ne peut pas changer les habitudes du jour au lendemain. Les vagues de l'espérance déferlent au loin et le sifflement des sirènes me conte une autre histoire de ma commune. La brise rafraîchit mon coeur. Alors je m'évade dans mon rêve de revoir ma commune redorer le blason de la réussite. Mais elle ne pourra se faire sur la base de division. Il ne faudrait jamais perdre de vue que le décompte des faits aura lieu et tout le monde rendra compte. Le combat commence alors maintenant car la commune de Sindia fait face à son destin et le compte à rebours est lancé.